Recommandations alimentaires pour le printemps

Par défaut
Recommandations alimentaires pour le printemps

Tout comme les êtres vivants, chaque saison possède sa propre prakruti (sa propre nature).  Dans nos climats tempérés, on peut dire globalement que le printemps est à prédominance kapha, l’été à prédominance pitta, l’automne à prédominance vata, et enfin l’hiver à prédominance kapha/vata.

Sachant cela, on comprend aisément que les maladies kapha (liées au mucus, et donc aux voies respiratoires notamment, mais aussi à l’estomac) sont communes au printemps, que les affections liées à pitta sont fréquentes en été, et ainsi de suite…

Gardez bien présent à l’esprit que lors de voyages ou déplacement dans des contrées assez éloignées, les qualités liées aux saisons peuvent être complètement différentes ou inversées…  il conviendra alors d’ajuster les conseils prodigués en conséquence.

Lorsqu’il s’agit de déterminer quelle alimentation est propice à chaque saison, il convient également de tenir compte de la propre constitution de la personne (prakruti), ainsi que de ses déséquilibres éventuels (condition actuelle, ou vikruti).  Par exemple, le printemps est la saison où kapha est facilement aggravé, aussi l’on préconise généralement une alimentation pacifiant kapha à cette période de l’année.  Cependant, si le patient souffre d’un trouble vata ou pitta plus ou moins sévère, les recommandations devront alors impérativement en tenir compte.

Il convient donc de choisir les aliments selon les qualités qui aideront à équilibrer les attributs doshiques perturbés selon la vikruti, et d’éviter ceux qui aggravent les qualités en excès, tels que par exemple les aliments chauds et épicés pour quelqu’un qui présente les qualités chaudes et tranchantes élevées d’un excès de pitta.  De même, si kapha est aggravé par les qualités lourdes, menant à l’obésité, cette personne devra éviter le blé, la viande, et tous les aliments lourds.

Entrer dans le printemps sans encombre

En règle générale, durant le printemps, il convient de se nourrir principalement avec les saveurs amères, piquantes, et astringentes.

Le petit-déjeuner pourrait se composer de fruit ou de porridge d’avoine, ou encore de pancakes faits à base de sarrasin, millet, orge, ou maïs.

Les repas de midi et du soir devraient tous deux être relativement légers en cette saison, et peuvent inclure l’une des céréales citées précédemment, ou du riz basmati, de même que des légumineuses tels que des pois cassés, des lentilles corail, des pois chiches, ou des haricots pinto (sans excès, pour éviter d’augmenter l’acidité du corps).  Ces aliments sont utiles pour éliminer tout excès du kapha dosha.

Le kitchari est idéal pour la période printannière, et des pommes de terre au four (ou autres plats à base de pdt) constituent également un aliment nourrissant.

Les légumes réduisant kapha, tels que les radis, les brocolis, les épinards, les oignons, et l’ail, peuvent accompagner le plat, avec quelques épices chauffantes et éventuellement un peu de miel bio de qualité.

Des tisanes de gingembre, de cannelle, et de tulsi (basilic sacré) peuvent être consommées après chaque repas, avec un peu de miel bio (à ajouter quand la tisane a tiédi seulement).  Ceci permettra également de pacifier kapha dosha.  Une simple tasse d’eau chaude avec une cuillère à café de miel permettra également d’équilibrer kapha.

Evitez à tout prix les boissons fraîches/froides, les crèmes glacées, et l’ensemble des produits laitiers.  Par contre, terminez votre repas par un lassi fraîchement préparé (une part de yaourt nature au lait cru dilué dans 4 parts d’eau, avec une pincée de gingembre en poudre ou de poudre de graines de cumin grillées).

Les pommes de grenade et les pommes (surtout un peu acidulées) sont idéales entre les repas, voire même en monodiète pour une cure détox.

Durant le printemps, vous devriez à tout prix éviter de faire une sieste après les repas.  Cela peut aggraver kapha, sous la forme d’une augmentation du taux de cholestérol et/ou de tissu graisseux, ainsi que ralentir l’activité de la glande thyroïde.

==> Pour des conseils adaptés à votre constitution propre, il est vivement conseillé de consulter un praticien ayurvédique expérimenté.

Si cet article vous a plu, merci de le partager à vos proches sur Twitter, Facebook ou Google+.  Et si vous avez des questions ou des remarques, merci de les poster en commentaire ci-dessous.

Bibliographie : « Textbook of Ayurveda – Volume 3 » de Vasant Lad.

Dimitri La Penna
Praticien en Ayurveda
+32 497 73 40 49
dimitri@espaceshanti.be

Espace Shanti – www.espaceshanti.be
Rue de la Citadelle 124
1er étage – Espace n°30

7500 Tournai

 

Advertisements

Une réponse "

  1. Pingback: Routine ayurvédique de Printemps | Espace Shanti | Le Blog

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s